Home / Administratif / Comment devenir micro entrepreneur ? (Vente de marchandises)

Comment devenir micro entrepreneur ? (Vente de marchandises)

Avec l’avènement d’internet, les business qui utilisent cette solution sont également florissants. De nos jours, il est devenu possible de se faire de l’argent et des bénéfices financiers sans avoir à lancer des activités physiques. Il suffit d’avoir une plateforme web et d’une boutique e-commerce.

Cependant, avant de s’y lancer, il faut être en règle comme pour avoir une entreprise physique normale, dès vos premières commandes vous devez avoir un statut d’entreprise c’est obligatoire. De ce fait, pour vous lancer facilement et rapidement vous pouvez opter pour un statut de micro-entrepreneur (ancien auto-entreprise) en tant qu’e-commerçant. Cela va vous demander de créer votre statut tout d’abord, et ensuite, de concevoir votre business en ligne, on va voir dans cet article comment devenir micro-entrepreneur quand on est e-commerçant. Nous allons voir vos obligations légales, nous allons voir également l’imposition de ce statut.

Les essentiels à savoir pour créer une micro-entreprise et devenir micro-entrepreneur

devenir MICRO ENTREPRENEUR

Avant de pouvoir lancer ses activités entrepreneuriales en ligne, vous devez penser à créer votre statut de micro-entrepreneur. Pour ce faire, il faut savoir ce que c’est qu’un micro-entrepreneur et comment créer sa micro-entreprise.

C’est quoi un micro-entrepreneur ?

Dans un statut de micro-entreprise, l’enseigne est enregistrée comme une entreprise individuelle. Dans ce cas, le micro-entrepreneur qui est propriétaire et dirigeant ou gérant n’a pas le statut d’un employé et ne perçoit pas de salaire. L’entreprise sera assignée à un régime spécifique avec une simplification dans son enregistrement micro-social et micro-fiscal.

Avec ce type de statut, le gérant aura également des responsabilités qui ne sont pas limitées et pourra créer son entreprise de manière simplifiée. On notera également la simplification de la démarche de gestion de l’activité.

La déclaration de l’activité

Après avoir pris connaissance de ce qu’est un micro-entrepreneur, pour pouvoir créer une micro-entreprise, vous devez suivre quelques étapes importantes.

Tout d’abord, il faut penser à déclarer son activité. Pour de la vente de marchandise, vous devez déclarer votre activité auprès de la CCI (chambre de commerce et d’industrie) si vous souhaitez vous inscrire physiquement. Vous pouvez vous inscrire également en ligne sur le site suivant: cfe.urssaf.fr/autoentrepreneur ou sur www.guichet-entreprises.fr/fr/une fois la déclaration effectuée en ligne, vos documents vont être envoyé aux organismes compétents.

Les informations que vous devez faire parvenir concernent, entre autres, votre identité, mais aussi votre adresse physique. Vous devez également renseigner votre adresse professionnelle, sauf pour les activités en ligne. Ensuite, mentionnez le type d’activité que vous souhaitez effectuer dans le cadre d’une activité e-commerce vous devez choisir la Vente à distance sur catalogue général (4791A).

Pour le régime social, une fois la déclaration d’activité faite auprès du registre du commerce et des sociétés, cela entraîne automatiquement l’application du régime micro-social simplifié, c’est-à-dire que vous allez payer des cotisations sociales en fonction de votre chiffre d’affaires. Pour bénéficier de ce régime votre chiffre d’affaires ne doit pas excéder 170 000€ dans le cadre de la vente de marchandises. Gros avantage contrairement au société classique vous n’êtes pas redevable de cotisations si vous ne faites pas de chiffre d’affaires, plus que vos cotisations sont calculées sur ce que vous gagnez.

Si vous ne souhaitez pas vous tracasser avec tout ça et éviter de faire des erreurs, vous pouvez passer par ce site qui va déclarer à votre place votre activité: portail-autoentrepreneur.fr

La domiciliation de la société

Une fois que cette première étape est réalisée, vous devez domicilier l’entreprise. Il s’agit de déclarer une adresse physique pour votre société au CFE ou centre de formalités des entreprises.

Pour les e-commerçants, généralement, le domicile commercial à déclarer est chez lui, dans sa résidence principale ou secondaire. Cela peut se faire si son domicile fait également office de lieu de travail. Si l’adresse change en cours d’activité, le changement peut se faire gratuitement au CFE.

Il est également possible de passer par une entreprise de domiciliation. Cela permet au micro-entrepreneur de disposer d’une adresse commerciale physique qui ne soit pas son domicile ou un local commercial qui lui est propre. Ce qui va lui permettre de développer à tout moment ses activités.

Un micro-entrepreneur peut aussi déclarer la domiciliation de sa société au sein d’un incubateur, d’un centre d’affaires ou d’une pépinière d’entreprise. Cela lui permet de louer des locaux à moindre prix. Il ne sera également redevable administrativement qu’auprès de ces incubateurs ou centres d’affaires si vous changez d’adresse.

Et enfin, vous pouvez louer un local et y domicilier vos activités.

Quelle que soit votre adresse, vous aurez à informer le service des impôts sur la superficie du local que vous exploitez. Cela permettra de calculer la cotisation foncière des entreprises dont vous aurez à vous acquitter.

Les obligations de formation

L’État français exige également pour certaines activités physiques ou en ligne, que le propriétaire et dirigeant s’approche de la CCI pour savoir si l’activité qu’il a choisie demande des formations ou des diplômes spécifiques.

Cela est nécessaire pour avoir les bases nécessaires qui permettent au micro-entrepreneur d’assurer la gestion de ses activités durablement. Il peut suivre un stage de préparation à l’installation de son activité dans ce cas.

L’assurance professionnelle

Quand on est micro-entrepreneur, on est seul responsable des actes perpétrés par son entreprise. Il est donc important d’avoir une bonne assurance. Souscrire une assurance professionnelle lui permettra ainsi de sécuriser ses biens contre les détériorations physiques causées par des catastrophes naturelles, des clients ou autres. Ce type d’assurance permet aussi de protéger ses revenus ainsi que le dirigeant lui-même.

Il faut toutefois savoir que ce type d’assurance n’est pas obligatoire. Sa souscription dépendra totalement du type d’activité que vous menez. Malgré tout, comme on n’est jamais à l’abri d’un sinistre, il est préférable d’en souscrire une.

Comme forme, l’assurance de type RC Pro est recommandée. C’est un dispositif qui permet de couvrir ses responsabilités civiles en cas de souci envers autrui. Si vous êtes un e-commerçant, c’est aussi une assurance qui permet d’indemniser les victimes d’un produit que vous avez vendu. Il est également possible de choisir une assurance tout risque qui permet de couvrir tous les accidents causés par votre entreprise, vos produits ou encore, ceux qui vous touchent.

Les obligations en termes de comptabilitétiime AE logiciel micro entrepreneur gratuit

Après avoir déclaré son entreprise au niveau des administrations sociales et fiscales, un micro-entrepreneur devra aussi ouvrir un compte en banque (non obligatoire si le C.A de l’activité ne dépasse pas 10 000€ par an sur 2 années). Ce dernier peut être de type professionnel ou personnel. La forme est facultative, mais il doit clairement différencier ses comptes professionnels de ses comptes personnels.

Pour la gestion comptable, même si on demandera à la micro-entreprise de tenir une comptabilité en bonne et due forme, elle sera simplifiée au maximum. L’enseigne n’a pas besoin de présenter son bilan annuel. Et si besoin, ses activités peuvent être enregistrées dans un simple logiciel comptable et de facturation. Cela peut être utile étant donné que la micro-entreprise devra aussi prouver les mouvements sur ses actifs et passifs. De ce fait, elle devra tout au moins avoir un tableau d’enregistrement de ses recettes et ses dépenses.

Il faut aussi noter que l’entreprise du micro-entrepreneur ne paie pas de TVA, mais peut la subir en achetant chez ses fournisseurs. Il faudra alors qu’elle mentionne sur toutes les factures qu’elle délivre «TVA non applicable » et cela, suivi du terme «article 293 B du Code Général des Impôts ».

Pour tenir votre comptabilité, je vous conseille un super logiciel Tiime AE, il est 100% gratuit.

Qu’en est-il de l’imposition et des charges du micro entrepreneur ?

Régime fiscal micro entreprise

La fiscalité qui s’applique au micro-entrepreneur voulant exercer dans le domaine du e-commerce est le régime micro entreprise. Ce dernier s’applique lorsque le chiffre d’affaires effectivement encaissé au cours de l’année civile (CAHT) est inférieur à 170 000€. Notez que la déclaration du chiffre d’affaires doit se faire mensuellement ou trimestriellement. Il y a un abattement de 71% sur votre chiffre d’affaires. Les 29% restant vont être ajouté à vos autres revenus et vous allez payer des impôts sur le revenus dessus en fonction de votre tranche marginale d’imposition (TMI).

Exemple:

Vous avez fait 10 000€ de chiffre d’affaires, l’abattement étant de 71%, 7100€ vont être retirés, les 2900€ restant vont être ajouté dans vos revenus globaux et votre impôt sera calculé en fonction de votre imposition.

Cotisations sociales

En 2018, le taux applicable est de 12,8% pour les vendeurs e-commerce (activité vente de marchandises). Vous allez payer donc 12,8% de votre chiffre d’affaires. La déclaration peut être mensuelle ou trimestrielle selon ce que vous avez opté lors de votre déclaration d’activité. La déclaration se fait sur le site www.net-entreprises.fr.

Exemple:

Vous gagnez 1000€ de C.A vous allez donc payer 120€ de cotisations sociales.

Il est aussi possible pour le micro-entrepreneur d’opter pour le versement libératoire de l’impôt sur le revenu. Le versement libératoire permet de payer directement son impôt sur le revenu en même temps que les cotisations sociales. Pour payer l’impôt sur le revenu, l’administration va rajouter un pourcentage supplémentaire aux cotisations. Dans le cadre d’une activité de vente de marchandise, l’administration va ajouter 1%, ce qui fait qu’à chaque déclaration de revenus, vous ne payerez plus 12,8% mais 13,8%. Vous ne serez par la suite pas redevable de l’imposition sur vos revenus dégagés de votre activité micro entrepreneur, plus que vous avez déjà payé vos impôts.

Notez que le versement libératoire n’est possible que si votre revenu fiscal de référence ne dépasse pas un seuil défini selon le quotient familial. Si vous voulez choisir cette option, vous devez le faire lors de votre déclaration d’activité.

Voici les conditions de ressources pour bénéficier du versement libératoire:

versement libératoire micro entreprise

Contribution à la formation professionnelle

En plus des charges que je viens de mentionner plus haut vous devez aussi payer la CFP (contribution à la formation professionnelle) qui est de 0,1% par rapport à votre chiffre d’affaires.

Cotisation foncière des entreprises

Vous avez également la CFE, c’est une sorte de taxe d’habitation pour les entreprises. Elle varie difficile de donner un montant exact ça dépend de la ville où est domicilié la société, mais il faut compter entre 210 et 510€ environ. 

Voilà vous n’avez plus qu’à vous lancer. Le statut micro entrepreneur permet de se lancer rapidement et facilement et de tester son activité. Dès lors que l’activité passe un certains seuils il est conseillé de passer sur un statut de société classique. Aussi la micro-entreprise est idéal si vous faites du dropshipping mais dans le cas d’une activité de e-commerce classique, ou vous possédez le stock, il serait plus intéressant de créer un EURL ou SASU selon vos besoins. Dans tout les cas créer une entreprise ne doit pas se faire à la légère et vous devez vous faire accompagner, vous devez comprendre les avantages et inconvénients de chaque statut, je vous recommande ce site:portail-autoentrepreneur.fr.

Plus d’informations sur la micro-entreprise ici : service-public.fr

Devenir micro entrepreneur quand on est blogueur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *